5.3 La communication

Tract, affiche, plaquette de présentation, journal, tous ces moyens de communication s’adressent à un public large qui ne connaît pas forcément l’association.

Atteindre le but

De façon générale, rappelez-vous que pour qu’un message soit efficace, il doit répondre aux questions :
- quoi (de quoi s’agit-il)
- de qui (qui est l’auteur ou l’organisateur)
- pour qui (qui est concerné, quel public)
- pourquoi (dans quel but)
- où (lieu de l’action)
- quand (à quel moment)

Pensez lisibilité : pour accrocher le regard et être lu, tout document devrait respecter la règle des trois tiers : un tiers de texte, un tiers d’illustration et un tiers de blanc.

Multiplier les moyens

Par courrier, par voie de presse, par affiche, par tract… le choix du ou des moyens dépend de nombreux facteurs : caractère officiel ou non du message, délais à respecter, connaissances des habitudes des destinataires, matériel et budget à disposition. Il s’agit de choisir les moyens adaptés à la situation. Mais pensez que plus que tous les supports écrits, l’information de vive voix, le bouche à oreille est le meilleur vecteur de communication.

Au fur et à mesure qu’un projet se prépare, il importe de repérer à qui il s’adresse. Une communication adaptée doit être pensée si l’on veut toucher son public, ainsi la banderole, le porte à porte, une parade, du linge accroché aux fenêtres peuvent être plus efficace que tous les tracts en concurrence dans des boites à lettres surchargées de publicités.

Un tract est une déclaration

Le tract n’explique pas, il affirme et invite à réagir. Le texte sera court et aéré pour être vite lu et bien compris.
- Plusieurs paragraphes avec une seule idée par paragraphe, les phrases sont courtes et les mots courants, non spécialisés.
- Les renseignements utiles (adresse, date…) sont mis hors texte, encadrés en haut ou en bas. Le tract doit être signé et le nom de l’imprimeur doit y figurer ou bien porter la mention « imprimé par nos soins » en indiquant l’adresse du Foyer Rural.

La plaquette va à l’essentiel

- Sous la forme de dépliant ou de petite brochure, la plaquette présente plusieurs éléments d’un même ensemble : les activités de l’association, le programme d’une manifestation, la visite d’une exposition.
- Chaque information sera bien séparée des autres pour éviter les confusions (une par page ou demi page). Il s’agit de nommer, de caractériser, et de donner des renseignements précis (adresse, téléphone, tarifs, contacts…)
- Chaque page peut contenir le rappel de la raison de cette plaquette, par exemple en haut ou en bas de page avec un logo, un titre…

L’affiche est un signal

- Conçue pour être vue de loin, l’affiche est signal d’un événement, enseigne d’un lieu (stand, service…) mais surtout une annonce remarquable.
- La composition de l’affiche joue sur le graphisme du texte et de l’image. Placer le document à quelques mètres de distance pour apprécier sa lisibilité.
- Les renseignements utiles (adresse, date, tarifs…) doivent être bien lisibles, bien en évidence pour être enregistrés par le regard qui parcourt l’affiche.

Tout affichage, affichage publicitaire, affichage d’opinion et publicité relative aux activités des associations sans but lucratif est régi par la loi du 29 décembre 1979 relative à la publicité, aux enseignes et le décret du 25 février 1982.
La loi dispose que toute publicité doit mentionner soit le nom et l’adresse, soit la dénomination, soit la raison sociale de la personne physique ou morale qui l’a apposée ou fait apposer.

Affichage en agglomération

L’affichage n’est autorisé qu’aux endroits prévus.
Chaque commune doit disposer d’un ou de plusieurs emplacements destinés à l’affichage d’opinion et à la publicité relative aux activités des associations sans but lucratif. C’est le maire qui détermine par arrêté et fait aménager sur le domaine public ces espaces publicitaires. A défaut, ce rôle peut être rempli par le préfet.
La surface minimum que les communes doivent réserver à ce type d’affichage est la suivante :
- 4m2 pour les communes de moins de 2 000 habitants,
- 4m2 plus 2m2 par 2 000 habitants pour les communes de 2000 à 10 000 habitants,
- 12m2 plus 5m2 pour 10 000 habitants pour les autres communes.

La surface de ces emplacements ne peut être inférieure à 2m2. Ils doivent être installé de sorte que tout point de l’agglomération se trouve à moins d’un kilomètre de l’un au moins d’entre eux.
Sous réserve du respect des mesures d’interdiction générale en matière de publicité, le maire peut autoriser l’affichage d’opinion sur des palissades de chantier.
Aucune taxe n’est perçue pour l’affichage publicitaire relatif aux activités des associations sans but lucratif.

Publicité hors agglomération

Pour des raisons de sécurité routière, l’affichage et la publicité sont interdits, sauf exception et dérogation accordée par le service de l’équipement, sur l’emprise des voies et sur une largeur de 40m à partir du bord extérieur pour les routes nationales, départementales ou vicinales (200 m pour les voies rapides : autoroutes ou routes express).

Le mail est rapide

Le courriel est un bon moyen de diffuser une information. Par l’effet « boule de neige » les destinataires font suivre le message à leur correspondant en demandant de faire suivre à leur tour. Il est utile d’établir au fur et à mesure des réunions, la liste des adresses électroniques des membres de l’association pour leur écrire le moment venu.